Image d'archéologie - iconothèque de l'Inrapiconothèque de l'Institut national de recherches archéologiques préventives

Début 2022, les archéologues de l'Inrap exhumaient deux sarcophages anthropomorphes en plomb à la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Relativement bien conservés, ceux-ci ont été acheminés au CHU de Toulouse afin d'être ouverts, puis fouillés avant d'entreprendre une série d'analyses.

  • Réf. iconothèque

    13113
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Observation des ossements en fluorescence sous ultraviolets, des défunts exhumés du transept de Notre-Dame de Paris, à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Cette structure dispose d'un matériel d'imagerie médicale de pointe permettant des études (histologie, microscopes, scanner, radios) rapides. Ses équipes ont déjà étudié un cas semblable, celui de Louise de Quengo, une noble bretonne du XVIIe siècle momifiée dans son cercueil de plomb et découverte en 2014 par l'Inrap.  
  • Préparation du sarcophage avant son ouverture. Lors de sa découverte dans le transept de Notre-Dame de Paris, les archéologues ont immédiatement pu identifier le chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) grâce à la présence d'une épitaphe en latin sur le cercueil.
  • Épitaphe en latin gravée sur une plaque de bronze, et scellée sur le couvercle du sarcophage découvert dans le transept de Notre-Dame de Paris. Elle a livré le nom du défunt, mais aussi sa fonction : Antoine de La Porte (1627-1710) surnommé le  Chanoine jubilé, pour avoir occupé ses fonctions à Notre-Dame de Paris durant plus de 50 ans. Riche prélat, il contribua financièrement aux travaux de réaménagement du chœur souhaité par Louis XIII.
  • Ouverture du sarcophage du chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) au centre médico-légal du CHU de Toulouse,  et provenant du transept de Notre-Dame de Paris.  L'ouverture et l'étude ont été réalisées en tenue de protection et à l'aide d'instruments stérilisés afin de préserver les scientifiques du risque liés au plomb et la sépulture de potentielles contaminations humaines.
  • Prélèvement de cheveux et poils de barbe dans le sarcophage du chanoine de La Porte (1627-1710) à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Le sarcophage a été mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022.
  • Le squelette du chanoine de La Porte dans son sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022. Les spécialistes ont pu établir qu'il était mort à l'âge de 83 ans, qu'il souffrait de la goutte, que son squelette ne portait pas de traces d'activités régulières, ce qui concorde avec ses fonctions. Eric Crubézy, professeur d'anthropologie biologique à l'université de Toulouse III-Paul Sabatier, précise que l'individu  présentait un état dentaire remarquable qui témoigne d'entretien régulier .
  • Étude à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse du squelette anonyme dans un des deux sarcophages mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Son traitement funéraire diffère radicalement du chanoine de La Porte et laisse envisager un statut aristocratique. En effet, si tous les os sont conservés, le crâne est scié, et le sternum enfoncé, ce qui indique un traitement mortuaire différent : il a été embaumé, ce qui confirmera peut-être l'analyse des feuillages qui comporte nombre de plantes utilisées dans les embaumements.
  • Les restes dans le second sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris, sont ceux d'un individu jeune entre 24 et 40 ans, qui appartenait à l'aristocratie. Son squelette étudié à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse présente des traces d'activités physiques marquées des membres supérieurs, liées à l'équitation. Il pourrait s'agir d'un cavalier qui appartenait très probablement à l'aristocratie. La date du sarcophage n'a pas encore était établie avec précision, entre le début du XIVe et la fin du XVIIe siècle.
  • Détail des résidus de feuilles analysés dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de fleurs et de feuilles, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Détail des résidus de feuilles dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés de l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Détail des résidus de fleurs dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Réf. iconothèque

    13114
  • Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires
  • Fichier source

    13114_vignette_1-DSC5501-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    9.47 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Réf. iconothèque

    13115
  • Arrivée et réception à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse des cercueils de plomb, exhumés dans la croisée du transept de Notre-Dame de Paris. Dans le cadre d'un partenariat scientifique avec l'aide de la faculté de médecine, l'un des défunts, mort au XVIIIe siècle est identifié par une épitaphe sur le cercueil. L'autre, plus ancien, reste inconnu. L'inhumation en cercueil de plomb est réservée à une élite.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires
  • Fichier source

    13115_vignette_2-DSC5562-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    9.34 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Observation des ossements en fluorescence sous ultraviolets, des défunts exhumés du transept de Notre-Dame de Paris, à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Cette structure dispose d'un matériel d'imagerie médicale de pointe permettant des études (histologie, microscopes, scanner, radios) rapides. Ses équipes ont déjà étudié un cas semblable, celui de Louise de Quengo, une noble bretonne du XVIIe siècle momifiée dans son cercueil de plomb et découverte en 2014 par l'Inrap.  
  • Réf. iconothèque

    13116
  • Observation des ossements en fluorescence sous ultraviolets, des défunts exhumés du transept de Notre-Dame de Paris, à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Cette structure dispose d'un matériel d'imagerie médicale de pointe permettant des études (histologie, microscopes, scanner, radios) rapides. Ses équipes ont déjà étudié un cas semblable, celui de Louise de Quengo, une noble bretonne du XVIIe siècle momifiée dans son cercueil de plomb et découverte en 2014 par l'Inrap.  
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13116_vignette_3-DSC6229-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    11.94 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Préparation du sarcophage avant son ouverture. Lors de sa découverte dans le transept de Notre-Dame de Paris, les archéologues ont immédiatement pu identifier le chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) grâce à la présence d'une épitaphe en latin sur le cercueil.
  • Réf. iconothèque

    13117
  • Préparation du sarcophage avant son ouverture. Lors de sa découverte dans le transept de Notre-Dame de Paris, les archéologues ont immédiatement pu identifier le chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) grâce à la présence d'une épitaphe en latin sur le cercueil.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13117_vignette_4-DSC5745-DLP-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    11.51 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Épitaphe en latin gravée sur une plaque de bronze, et scellée sur le couvercle du sarcophage découvert dans le transept de Notre-Dame de Paris. Elle a livré le nom du défunt, mais aussi sa fonction : Antoine de La Porte (1627-1710) surnommé le  Chanoine jubilé, pour avoir occupé ses fonctions à Notre-Dame de Paris durant plus de 50 ans. Riche prélat, il contribua financièrement aux travaux de réaménagement du chœur souhaité par Louis XIII.
  • Réf. iconothèque

    13118
  • Épitaphe en latin gravée sur une plaque de bronze, et scellée sur le couvercle du sarcophage découvert dans le transept de Notre-Dame de Paris. Elle a livré le nom du défunt, mais aussi sa fonction : Antoine de La Porte (1627-1710) surnommé le "Chanoine jubilé, pour avoir occupé ses fonctions à Notre-Dame de Paris durant plus de 50 ans. Riche prélat, il contribua financièrement aux travaux de réaménagement du chœur souhaité par Louis XIII.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires
  • Fichier source

    13118_vignette_5-DSC5862-DLP-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    18.47 Mo / 5504 x 8256 px (46,60 x 69,90 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Ouverture du sarcophage du chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) au centre médico-légal du CHU de Toulouse,  et provenant du transept de Notre-Dame de Paris.  L'ouverture et l'étude ont été réalisées en tenue de protection et à l'aide d'instruments stérilisés afin de préserver les scientifiques du risque liés au plomb et la sépulture de potentielles contaminations humaines.
  • Réf. iconothèque

    13119
  • Ouverture du sarcophage du chanoine Antoine de La Porte (1627-1710) au centre médico-légal du CHU de Toulouse,  et provenant du transept de Notre-Dame de Paris.  L'ouverture et l'étude ont été réalisées en tenue de protection et à l'aide d'instruments stérilisés afin de préserver les scientifiques du risque liés au plomb et la sépulture de potentielles contaminations humaines.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13119_vignette_6-DSC5956-DLP-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    7.31 Mo / 7248 x 5007 px (61,37 x 42,39 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Prélèvement de cheveux et poils de barbe dans le sarcophage du chanoine de La Porte (1627-1710) à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Le sarcophage a été mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022.
  • Réf. iconothèque

    13120
  • Prélèvement de cheveux et poils de barbe dans le sarcophage du chanoine de La Porte (1627-1710) à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Le sarcophage a été mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13120_vignette_8-IMG-7289-DLP-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    1.78 Mo / 3024 x 4032 px (25,60 x 34,14 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Le squelette du chanoine de La Porte dans son sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022. Les spécialistes ont pu établir qu'il était mort à l'âge de 83 ans, qu'il souffrait de la goutte, que son squelette ne portait pas de traces d'activités régulières, ce qui concorde avec ses fonctions. Eric Crubézy, professeur d'anthropologie biologique à l'université de Toulouse III-Paul Sabatier, précise que l'individu  présentait un état dentaire remarquable qui témoigne d'entretien régulier .
  • Réf. iconothèque

    13121
  • Le squelette du chanoine de La Porte dans son sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris en 2022. Les spécialistes ont pu établir qu'il était mort à l'âge de 83 ans, qu'il souffrait de la goutte, que son squelette ne portait pas de traces d'activités régulières, ce qui concorde avec ses fonctions. Eric Crubézy, professeur d'anthropologie biologique à l'université de Toulouse III-Paul Sabatier, précise que l'individu "présentait un état dentaire remarquable qui témoigne d'entretien régulier".
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13121_vignette_7-DSC5967-DLP-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    10.73 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Étude à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse du squelette anonyme dans un des deux sarcophages mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Son traitement funéraire diffère radicalement du chanoine de La Porte et laisse envisager un statut aristocratique. En effet, si tous les os sont conservés, le crâne est scié, et le sternum enfoncé, ce qui indique un traitement mortuaire différent : il a été embaumé, ce qui confirmera peut-être l'analyse des feuillages qui comporte nombre de plantes utilisées dans les embaumements.
  • Réf. iconothèque

    13123
  • Étude à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse du squelette anonyme dans un des deux sarcophages mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Son traitement funéraire diffère radicalement du chanoine de La Porte et laisse envisager un statut aristocratique. En effet, si tous les os sont conservés, le crâne est scié, et le sternum enfoncé, ce qui indique un traitement mortuaire différent : il a été embaumé, ce qui confirmera peut-être l'analyse des feuillages qui comporte nombre de plantes utilisées dans les embaumements.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13123_vignette_10-DSC9105-C-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    10.45 Mo / 6865 x 4581 px (58,12 x 38,79 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Les restes dans le second sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris, sont ceux d'un individu jeune entre 24 et 40 ans, qui appartenait à l'aristocratie. Son squelette étudié à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse présente des traces d'activités physiques marquées des membres supérieurs, liées à l'équitation. Il pourrait s'agir d'un cavalier qui appartenait très probablement à l'aristocratie. La date du sarcophage n'a pas encore était établie avec précision, entre le début du XIVe et la fin du XVIIe siècle.
  • Réf. iconothèque

    13122
  • Les restes dans le second sarcophage mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris, sont ceux d'un individu jeune entre 24 et 40 ans, qui appartenait à l'aristocratie. Son squelette étudié à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse présente des traces d'activités physiques marquées des membres supérieurs, liées à l'équitation. Il pourrait s'agir d'un cavalier qui appartenait très probablement à l'aristocratie. La date du sarcophage n'a pas encore était établie avec précision, entre le début du XIVe et la fin du XVIIe siècle.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13122_vignette_9-IMG-7164-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    2.57 Mo / 3024 x 4032 px (25,60 x 34,14 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Détail des résidus de feuilles analysés dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de fleurs et de feuilles, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Réf. iconothèque

    13125
  • Détail des résidus de feuilles analysés dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de fleurs et de feuilles, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13125_vignette_12-DSC6713-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    12.59 Mo / 8256 x 5504 px (69,90 x 46,60 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Détail des résidus de feuilles dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés de l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Réf. iconothèque

    13126
  • Détail des résidus de feuilles dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés de l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13126_vignette_13-DSC8959-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    12.82 Mo / 7360 x 4912 px (62,31 x 41,59 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons
Détail des résidus de fleurs dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Réf. iconothèque

    13127
  • Détail des résidus de fleurs dans le sarcophage du cavalier mis au jour dans le transept de Notre-Dame de Paris. Ces résidus ont été analysés à l'institut médico-légal du CHU de Toulouse. Il s'agit des restes de feuilles et de fleurs, au niveau du crâne, ayant composés une couronne mortuaire.
  • Fouille :

    Sarcophages de Notre-Dame de Paris, Toulouse, Haute-Garonne, Occitanie
  • Auteur du document

    © Denis Gliksman, Inrap
  • Archéologue responsable d'opération

    Christophe Besnier
  • Année de création

    2022
  • Catégorie

    Photo
  • Période(s)

    Moyen Âge; Époque moderne
  • Thème(s)

    Cultes et pratiques funéraires; Sciences et méthodes de l’archéologie
  • Fichier source

    13127_vignette_14-DSC9171-C-Denis-Gliksman-Inrap.jpg

    Taille fichier HD / Dimensions / Résolution

    6.41 Mo / 3991 x 5980 px (33,79 x 50,63 cm) / 300 dpi
  • Licence Creative Commons